Roues libres

16 juin 2010

Derniers coups de pédale!

Excités comme des gamins nous passons la frontière Suisse. suisse

"Bainvegni en Svizra" en romanche la 4ème langue officiel du pays. Nous sommes aux Grisons, région sauvage et mystérieuse.

Le pieds posé sur le sol Helvétique, nous engloutissons déjà une plaque de chocolat (Suisse).

Il nous reste à traverser le pays et passer quelques cols pour arriver à la maison. Nous redécouvrons la beauté de notre pays.

colgrison

neige

montagne

coeursuisse

Dernier jour! Nos proches nous accueillent par surprise le long du chemin. Ils sont venus faire avec nous les derniers km à vélo.

acceuil

arrivee

tousavelo

Nous arrivons dans notre ville. Une banderole "bienvenue" et une douche au champagne nous attend.

19'405 km notre aventure se termine dans la joie de retrouver nos proches. Nous sommes émus et heureux d'avoir fini notre voyage.

Durant ces 20 mois nos sacoches se sont vidées de matériel tandis que nos têtes se remplissaient de souvenirs.

On termine un rêve mais nous avons eu le temps d'en construire d'autres.

Ce voyage n'aurait pas été si beau sans toutes ces belles rencontres de gens attentionnés croisés en chemin. Merci du fond du coeur!

Merci à nos compagnons de voyage et ceux venus nous retrouver en route.

Merci pour vos messages d'encouragement et de soutien. Ils nous ont motivés dans les moments difficiles.

Merci, Gracias, Thank You, tēnā rawa atu koe, çok teşekkür ederim, благодаря ви, Va multumesc, Köszönöm, Danke, grazcha!

aurevoir

                                           A suivre?

Posté par roues libres à 13:04 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


google.ch

w.

Posté par roues libres à 12:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 mai 2010

Sur les petits chemins..

Rentrée agréable sur les chemins de campagne et les pistes cyclables.

Un passage éclair en Slovaquie. Le temps de se perdre dans Bratislava et d'en ressortir de mauvaise humeur...

Slovaquie

En Autriche on se sent déjà à la maison. Chalets en bois, chapelles mignatures, forets, lacs et montagnes.

chapelle

lac_et_montagnes

La météo est mauvaise. Il pleut tous les jours. On s'y attendait un peu mais nous en espérions pas autant.

Pluie

camp

On suit le Danube jusqu'à Linz puis nous rejoignons le début des alpes à Salzbourg.

Danube

Tirol

Ça faisait un bout de temps que les vitesses du vélo à Baptiste sautaient mettant en danger sa descendance! A 150 km de la Suisse c'est la casse! Non pas Baptiste...le vélo. Les plateaux, la cassette et la chaîne sont usés au maximum. On veut finir à vélo alors on a pas le choix il faut changer ces pièces.

Par chance c'est arrivé à coté d'un atelier de vélo tenu par un ex-mécano de l'équipe US Postal (équipe à Lance Amstrong) on en demandait pas autant.

Il change les pièces et nous rend le vélo lavé, huilé, on dirait qu'il est neuf. Comme nous avons attendu jusqu'en fin de journée il nous propose son jardin pour planter notre tente.

aneuf

Demain nous attend une étape importante et symbolique. La frontiere Suisse aux Grisons.

Youhou A BIENTÔT!

Posté par roues libres à 12:09 - Commentaires [5] - Permalien [#]

08 mai 2010

Pays de l'Est

Les pays s'enchaînent à présent.

Seulement 3 jours de vélo en Turquie. La route est bonne, les paysages peu intéressants.

stopturc

Les turcs sont très accueillants. Ils nous saluent, nous souhaite la bienvenue, nous offrent du thé et nous aident quand ils nous sentent perdu. Nous sommes confronté à la barrière de la langue. C est la première fois dans notre voyage que nous avons du mal a communiquer. C est frustrant car même si nous apprenons quelques mots de politesse les échanges restent rudimentaires.

On sort du pays sous la pluie. Les douaniers nous prennent pour des fous. Alors qu' ils sont bien au chaud et au sec, ils nous font poiroter dehors. On rentre frigorifiés et trempés jusqu'au slip en Bulgarie.

voiture

Les routes sont défoncées et bordées de déchet. On zigzag comme on peut entre les nids de poule et les bosses du bitume. Heureusement il y a peu de circulation.

En cyrillique la recherche du chemin prend du temps.

paneaubulare

Les villes sont glauques. Héritage communiste. Alignement de blocs délabrés et pour parfaire l ambiance placardées d'affiches relatant les décès.

On salue les gens, ils ne nous répondent pas. Peu de sourires, on lit de la méfiance dans les regards. Ambiance étrange.
On passe dans ce pays sans avoir eu le temps de comprendre quoi que ce soit. Nous n'avons pas choisi le plus bel itinéraire alors on fait peu de pauses et beaucoup de kilomètres.

On passe en Roumanie. On suit le Danube. La route est plate et monotone. Champs à perte de vue.

colza

On a changé d'époque. Les gens travails aux champs a l'aide de chevaux. On dépasse des charrettes.

autravail

charette

Les villages se suivent et se ressemblent. Les maisons sont construites le long de la route principale, ce qui étend les villages sur plusieurs km. Devant chaque maison il y a un banc ou s'asseyent les personnes âgées pour discuter. A coté d'eux les poules et les oies se baladent avec leurs petits. Des cigognes ont élus domicile sur les pilonnes électriques.

cigognes

On fait l'attraction du jour. Les gens nous saluent et parfois, certains alcoolisés nous insultent.
Le jeu des enfants est de se placer au bord de la route et de tendre la main pour que l'on tape dedans.

A la sortie des villages les chiens errants nous aboient et nous pourchassent. Maintenant on a comprit le truc. On plante sur les freins. Ils sont si surpris qu'ils prennent la fuite. Sinon on ramasse un cailloux, on a même pas besoins de le lancer ils comprennent.

On pédale un bout de chemin avec Flori. Il rentre du travail. Tous les jours il parcours 15 km à vélo pour se rendre a l'usine.

flori

L'accueille est plus chaleureux mais les villes toujours aussi glauques.
Depuis Istanboul on a de la peine à s'enthousiasmer. On ne voit pas d'intérêt à faire du vélo ici, les grands espaces et la nature nous manque.

A Timisoara près de la frontière Hongroise on prend un bout le train jusqu'à Budapest pour éviter les plaines monotones.

Posté par roues libres à 18:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

15 avril 2010

Retour en Europe

Le mal de tête recommence a l'aéroport. Cette fois-ci ils ne prennent pas les vélos en bagages séparés. On doit payer en kilos supplémentaires. Ca fait une fortune et mal au ventre, surtout maintenant en fin de voyage.

31 heures de voyage, 12 heures de décalage horaire, nous arrivons a Istanbul. Ouf!

mosqueebleu

Après avoir vécu plusieurs mois dans la nature, se retrouver projete sur le bitume dans une ville de pres de 20 millions d´habitants et cernés de voitures nous fait l'effet d'une prison. Bien sur il y a des beaux edifices et des musées fabuleux, mais pour nous la vie en ville est cauchemardesque et bien loin de notre idée du bonheur.

v_lle

stsoph_e

Cela dit l'hospitalité et la gentillesse exceptionnelle des turques nous font du bien, ainsi que les balades dans les bazars colorés et les bonnes bouffes (fini le pain de mie anglo-saxon).

m_am

al_baba

Demain on remonte en selle direction la maison.

Posté par roues libres à 09:53 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


07 avril 2010

Aurevoir Nouvelle Zelande

Nous sommes proche du lieu le plus mythique de Nouvelle Zélande. Milford Sound (des fjords). Sylvain nous avait conseillé d'y aller. Nous ne serons pas déçu.
Malgré l'assaut de touristes le lieu est spectaculaire. Pour mieux apprécier il faut faire un tour en bateau. On peut ainsi approcher les falaises qui semble être d'immenses murs se jetant dans l'eau. A cause de la forte pluviosité les chutes d eau jaillissent de partout. Sur les rochers des otaries se reposent et pour la première fois nous voyons des dauphins. Cette journée on ne l oubliera pas.

milford

milford3

milford2

On arrive tout au sud du pays. Le vent souffle fort et le mauvais temps est de retour. On passe rapidement cette partie qui devient pénible dans ces conditions.

sud

maisonroule

On remonte par le Maniatoto. Cette région aride aux paysages infinis attirait autrefois les chercheurs d'or.
Une ancienne voie de chemin de fer a été transformée en trail cyclable. On croise des cyclistes qui a la vue de nos grosses sacoches nous regardent l'air étonné.

railtrail3

railtrail2

- Euh Bapt t'es sure que c'est par ici le trail?

tunnel

railtrail1

Le froid revient par vagues. Certains jours on a de la peine a se réchauffer. Les pauses midi sont frigorifiantes. Le seul moyen pédaler.

midigele

Le Lindis pass dernier col de Nouvelle Zelande.

lindis

Un jour nous plantons notre tente dans une "station". Une ferme d'élevage ou ils produisent la fameuse laine de mérino. Une laine très fine utilisée dans la confection de vêtements de sport thermique. Nous l'avons testée durant notre voyage. C est 10 fois mieux que les vêtements synthétiques et ils ne puent pas...c'est pas tous les jours lessive...

merino1

A peine arrivé que les propriétaires nous emmènent voir leur travail. Aujourd'hui ils ont rassemblés 600 agneaux pour leur administrer une concoction de minéraux.
On passe l'après-midi en leur compagnie dans leur immense propriété.
Partager un moment de leur vie quotidienne nous a permis de mieux découvrir la vie rurale en Nouvelle Zélande.

station1

station2

Nous faisons un crochet pour voir le plus haut sommet du pays. Le Mt Cook culminant a 3754 m. La route qui y mene est tres belle.

canalmont

lakecook

routemtcook

mtcook

On fait plus ample connaissance avec le perroquet des montagnes, le Kea. On le surprend entrain de manger  les poignées de vélo et la selle a Baptiste! Cet oiseau est un des animaux les plus intelligent au monde mais le goinfre raffole du plastic.

kea

Il nous reste peu de temps pour rejoindre Christchurh. Nous pédalons sans pause, juste le temps de dormir a cote du lac Tekapo a la couleur turquoise.

lactekapo

tekapo

Le vent dans cette région est violent. C est ici qu'a été enregistre un record a 270 km/h. Heureusement pour nous il n'est pas si fort mais bien assez pour nous déstabiliser a chaque rafale.

vent

canal

Dernière ligne droite, nous revoici a Christchurh. Dans 2 jours nous quittons ce beau pays du bout du monde.
Nous avons toujours passé assez de temps dans les pays traversés pour les quitter avec un petit pincement au coeur.
- E noho ra Aotearoa - Aurevoir terre du long nuage blanc.

Prochaine étape et dernière, la porte de l'Europe. On rentre en douceur.

ns2avelo

mapnz

Posté par roues libres à 03:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

04 mars 2010

Bapt le berger

Nous n arrivons plus a insérer des vidéos on vous met le lien.

http://www.dailymotion.comwww.dailymotion.com/widget/jukebox?list[]=%2Froueslibres&skin=default

Posté par roues libres à 04:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mars 2010

Les grands espaces

runners

Durant notre pause a Wanaka Baptiste s'inscrit a une course de montagne. 30 km avec 1600m de dénivelée. Il fait une chaleur étouffante. Je vais dans la montagne faire un ravitaillement en eau.

course

Il a fait si chaud qu'a l arrivée les coureurs tombent comme des mouches. Bapt s en sort au 3 ème rang. Il gagne 1 énorme pack de bière. Sympa les prix des kiwis!

montee

Après un joli col nous arrivons a Quennstown. C est la capitale des sports d'aventure. Ils raffolent de ce genre de truc ici. Vol en helico, saut a l'élastique (invention kiwi), jet boat...etc. Les rues ont des allures de centres commerciaux. Cette ville très touristique est sans grand intérêt mais la région est belle.

col

Nous allons marcher dans les alentours, au milieu de paysages de cinéma qui ont servi pour beaucoup de scènes du Seigneur des anneaux.

marche1

sommet

cuisine

On vous parle toujours beaucoup de nature. C est vraiment l'intérêt de ce pays. Les villes et villages ne sont pas intéressants si ce n'est toutes les rencontres que nous y faisons. Nos montures attirent toujours la curiosité des gens. Lorsque l'on s arrête dans un supermarché faire les provisions il y a toujours quelqu'un qui vient nous aborder pour savoir d'ou l'on vient et si ce n est pas trop dur de pédaler en Nouvelle Zelande. Quand on leur dit que nous sommes de Suisse ils comprennent mieux.

couchesol

A Quennstown nous embarquons sur un vieux bateau a vapeur. Il servait dans les années 20 a transporter hommes, bétails et matériel dans les fermes reculées. Aujourd hui il est utilisé pour le tourisme.

bateau

Il nous dépose de l autre cote du lac ou commence une piste isolée.

pistemaude

Après quelques km nous rattrapons un paysan qui emmène ses moutons dans la montagne. Sur son quade il guide son troupeau a l aide d'une meute de chien.

On s arrête papoter un moment. Il vit loin de tout, ici, la vie est rude mais pour rien au monde il échangerait sa liberté pour plus de confort.

Il nous laisse guider les moutons un bout de chemin. On s'amuse comme des fous. Très vite on perd le contrôle et le troupeau s'éparpille. Sourire aux lèvres le paysan revient rétablir l'ordre.

On passe 2 jours seuls sur cette piste qui serpente au fond d'une grande vallée bordée de montagnes.

piste

pistebapt

A la pause de midi on mange souvent des tartines de vegemite. Retour aux sources ca a le meme gout que le cenovis...

tartine

Posté par roues libres à 06:15 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

12 février 2010

Enfin sous le soleil!

Nous restons une semaine a Christchurch le temps de changer notre matelas et de prolonger nos visas.
On a vite fait le tour de la ville mais, l administratif ça prend du temps. On visite les musées et nous flânons sur la grande place principale ou se produisent des artistes en tous genres. Nous avons apprécié ces Maoris.

Maoris

Nous voyons moins de Maoris sur l'île du sud. Le climat étant assez rude ils se sont plutôt installés sur l'île du nord.
Durant nos visites de musées nous avons pu apprécier leur art raffiné. Sculptures, bijoux de jade et tatouages.
Le tatouage faisait partie intégrante de la culture Maorie. Il était fait lors de longs rituels, il représente la personnalité et le statut social de la personne. Aujourd'hui l'on voit encore certains hommes au visage entièrement tatoué. C'est très impressionnant. Les femmes elles, ont uniquement les lèvres et le menton tatoué.

PassBapt

Visas en poche nous reprenons la route. En quittant la ville nous ne savons pas si nous allons sur la magnifique cote ouest réputée très pluvieuse (8'000mm par an pour 1'500 dans les alpes suisses) ou au sud. En milieu de journée on arrive au croisement ou l'on doit choisir. On sort les cartes on hésite. A chaque fois que l'on sort une carte, un kiwi s arrête pour nous demander si nous avons besoin d'aide. Mais la on ne sais pas ou l'on va...
Allez ! Ne faisons pas les chiards on va a l'ouest et advienne que pourra la pluie ne tue pas.
Pour s'y rendre on traverse les alpes par Arthur pass. Les montées sont raides et il nous faut trois jours pour en venir a bout. Les 3/4 sous la pluie. La on se dit que l on a peut-être fait le mauvais choix.

pluiebapt

Arthur_pass

Le soleil décide finalement d'assister a notre arrivée sur la cote sauvage de la mer Tasman. Depuis il ne nous quitte plus.

mertasman

plagesauvages

500 km de splendide cote entre mer et montagnes. Les glaciers descendent presque au niveau de la mer et terminent leur course dans une végétation luxuriante.

glacier

montagneveget

On voit des perroquets, les grillons nous rendent presque sourd et la route est calme. Ca nous fait penser au Chili et sa Caretera Austral.

routeouest

bivouaclac

Seule ombre au tableau les sandflies! " L'animal" le plus agressif que nous avons rencontré. Une minuscule mouche ou plutôt des centaines de mouches. Leurs piqûres grattent a rendre fou! Le matin on croit qu'il pleut sur la tente mais, ce sont ces mouches assoiffées de sangs qui nous attendent. Baptiste frôle l'hystérie. J avais peur des ours lui c'est des mouches...
La route se termine a Haast et de la on repasse les alpes par le col du même nom. Moins long mais plus raide. On peine a 4km/h dans la pente.

haastpass

Il fait très chaud près de 35C. Pour nous rafraîchir on pique une tête de temps en temps dans l eau des rivières. Le soleil est si violent qu'il nous brûle même a travers nos t-shirts.

chaleur

beignades

Il semble que nous avons change de pays en une journée. Le décors est totalement diffèrent. On rentre dans une région de grands lacs et de montagnes pelées.

routemaude

lacsotago

otagomoutons

On s installe a Wanaka pour quelques jours. Tranquille petite ville au bord de l eau. D ici nous allons faire quelques marches dans les environs.

Wanaka

repos

Posté par roues libres à 05:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 janvier 2010

Bonne annee!

Nous vous souhaitons une belle et heureuse année!

bonannee

Nous terminons l'île du nord par la région de Rotorua et son activité géothermale. On trouve des sources naturels d eau chaude dans la foret.

bains

On visite des sites maoris.

artmaori

Le jour de Noël nous nous levons tôt pour prendre le ferry qui nous emmène sur l île du sud.

bateau

Le spectacle commence d emblée par l arrivée au milieu des fjords.

fyords

Nous les longeons durant quelques jours en passant à travers de belles forets.

foret

On arrive à Nelson pour nouvel an. Entassés dans un camping nous passons une très mauvaise nuit, réveillés à tous moments par les fêtards qui s encoublent et tombent sur notre tente.
On repart vite fait malgré un vent annoncé puissant.
On lutte contre les rafales, la journée semble interminable.

Il y a des jours ou l on a de la peine a trouver du plaisir à pédaler.

Mais souvent, récompensés de nos efforts nous arrivons dans un bel endroit.

lac

On emprunte une route hors sentiers battus. Deux jours seuls au milieu des montagnes. Le bonheur.

rainbow

maudepaysage

On passe la première journée a traverser des rivières qui sont montées après de fortes précipitations.

riviere

C est au milieu de cette traversée que notre dernière casserole nous lâche. Elle se fissure sur le feu. Il ne nous reste plus qu'à utiliser notre théière pour cuire nos pâtes (notre plat favori).

soupe

Puis c est un de nos matelas de sol qui décide lui aussi de nous lâcher. Avec le temps notre matériel a souffert.

bivouac

On se rend dans une grande ville histoire de racheter une popote et de changer notre matelas (on va voir si il est vraiment garanti a vie...).

baptlavand

En chemin on se fait dépasser par une équipe de cyclistes. Ils finissent le tour de l île du sud à vélo de course. On s arrête discuter avec eux et ils nous invitent a partager un dîner au restaurant! Vraiment sympa! Thanks guys for the lunch!

diner

Posté par roues libres à 00:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :